SEJ

Play

Une nouvelle étude clinique portant sur le
Glioblastome Multiforme (GBM)

Play
Pause

Contactez-nous pour en savoir davantage sur l'étude SEJ:

Merci, une infirmière coordinatrice vous contactera sous peu.
Oops! Something went wrong while submitting the form

Contact us to learn more about SEJ.

Merci, une infirmière coordinatrice vous contactera sous peu.
Oops! Something went wrong while submitting the form

Si quelqu'un de votre entourage ou vous-même présentez un GBM, veuillez contacter Victorine.

Victorine Sikati Foko

Infirmière coordinatrice

819.777.2500 poste 251

147 Boul. d'Europe, Bureau 200,
Gatineau, QC J9J 0A5

call us today

Résumé

Le glioblastome multiforme (GBM) est le type le plus courant de tumeur cérébrale maligne primitive.

À l'heure actuelle, aucun traitement curatif n'existe et le traitement habituellement utilisé produit des effets bénéfiques modestes, mais tout de même importants. Les immunothérapies comme celles qui seront utilisées dans l'étude SEJ font partie d'un nouveau domaine prometteur et ont déjà démontré un certain degré d'efficacité contre d'autres types de cancer.

La Clinique Neuro-Outaouais commandite une étude clinique visant à déterminer si l'immunothérapie représente une option thérapeutique valable pour les personnes atteintes d'un GBM. Si quelqu'un de votre entourage ou vous-même présentez un GBM, veuillez contacter la Clinique Neuro-Outaouais pour en savoir davantage sur la façon dont cette étude clinique pourrait ajouter une option à l'arsenal thérapeutique actuel.

Dr F. JACQUES|Dr G. NICHOLAS|Dr I. LORIMER, PHD

Coauteurs

FAQ

Réponse:

Les points de contrôle de votre système immunitaire réussissent parfois à désactiver un globule blanc activé. Ces voies inhibitrices ont pour fonction de moduler la réponse du système immunitaire, de façon à prévenir les dommages indirects. Il arrive parfois que les cellules cancéreuses s'en servent pour neutraliser les globules blancs qui normalement les attaqueraient.

Les cellules du GBM sont particulièrement habiles à se défendre de cette façon: elles sécrètent plusieurs facteurs ou substances qui réduisent la capacité du système immunitaire et des globules blancs de réagir.

Les responsables de l'étude SEJ auront recours à des inhibiteurs de points de contrôle, une nouvelle classe de médicaments qui désactivent les points de contrôle immunitaires, privant ainsi les cellules cancéreuses d'un accès facile à ces voies comme moyen de déjouer le système immunitaire.

Des médicaments très semblables aux inhibiteurs de points de contrôle utilisés dans l'étude SEJ se sont avérées efficaces contre d'autres cancers.

De plus, l'efficacité de traitements anticancéreux standard auxquels on avait ajouté les inhibiteurs de points de contrôle qui seront utilisés dans l'étude SEJ a été démontrée dans le cadre d'essais avec des animaux: dans certains cas, l'association d'inhibiteurs de points de contrôle à la radiothérapie a donné lieu à une régression des tumeurs établies chez les animaux étudiés.

Oui. Le traitement administré dans le cadre de l'étude SEJ vient s'ajouter au traitement en cours pour le GBM. Les patients n'auront donc pas à choisir l'une des options thérapeutiques plutôt que l'autre.

Aucun des participants à l'étude SEJ ne recevra un placebo: tous les participants recevront le traitement standard ainsi que le traitement expérimental.

De façon générale, les sujets recrutés ont reçu le diagnostic tout récemment. Ils ne sont plus admissibles à l'étude s'ils ont terminé le traitement d'association standard par chimio-radiothérapie il y a plus de 21 jours. C'est pourquoi nous encourageons les patients nouvellement diagnostiqués à contacter la Clinique Neuro-Outaouais le plus tôt possible.

Souvent, les études cliniques permettent aux patients d'accéder gratuitement aux traitements les plus récents, bien avant leur lancement sur le marché. Les études cliniques ne fournissent pas toujours des avantages mesurables aux participants, mais les résultats sont essentiels à la mise au point de nouveaux traitements et à l'amélioration de l'arsenal thérapeutique existant.

L'acronyme SEJ est tiré du nom de deux personnes: Sarah Emmanuelle et Jim. Bien que tous deux aient perdu la vie il y a longtemps à cause d'un GBM, leur courage demeure une source d'inspiration pour les coauteurs de l'étude et pour toutes les personnes ayant connu Sarah Emmanuelle et Jim.

L'étude SEJ durera environ 52 semaines, après quoi les patients pourront choisir de passer à une étude de prolongation ouverte ou de recevoir les médicaments utilisés pendant l'étude SEJ par l'entremise d'un programme d'accès spécial.

Les points de contrôle de votre système immunitaire réussissent parfois à désactiver un globule blanc activé. Ces voies inhibitrices ont pour fonction de moduler la réponse du système immunitaire, de façon à prévenir les dommages indirects. Il arrive parfois que les cellules cancéreuses s'en servent pour neutraliser les globules blancs qui normalement les attaqueraient.

Les cellules du GBM sont particulièrement habiles à se défendre de cette façon: elles sécrètent plusieurs facteurs ou substances qui réduisent la capacité du système immunitaire et des globules blancs de réagir.

Les responsables de l'étude SEJ auront recours à des inhibiteurs de points de contrôle, une nouvelle classe de médicaments qui désactivent les points de contrôle immunitaires, privant ainsi les cellules cancéreuses d'un accès facile à ces voies comme moyen de déjouer le système immunitaire.

Des médicaments très semblables aux inhibiteurs de points de contrôle utilisés dans l'étude SEJ se sont avérées efficaces contre d'autres cancers.

De plus, l'efficacité de traitements anticancéreux standard auxquels on avait ajouté les inhibiteurs de points de contrôle qui seront utilisés dans l'étude SEJ a été démontrée dans le cadre d'essais avec des animaux: dans certains cas, l'association d'inhibiteurs de points de contrôle à la radiothérapie a donné lieu à une régression des tumeurs établies chez les animaux étudiés.

Oui. Le traitement administré dans le cadre de l'étude SEJ vient s'ajouter au traitement en cours pour le GBM. Les patients n'auront donc pas à choisir l'une des options thérapeutiques plutôt que l'autre.

Aucun des participants à l'étude SEJ ne recevra un placebo: tous les participants recevront le traitement standard ainsi que le traitement expérimental.

De façon générale, les sujets recrutés ont reçu le diagnostic tout récemment. Ils ne sont plus admissibles à l'étude s'ils ont terminé le traitement d'association standard par chimio-radiothérapie il y a plus de 21 jours. C'est pourquoi nous encourageons les patients nouvellement diagnostiqués à contacter la Clinique Neuro-Outaouais le plus tôt possible.

Souvent, les études cliniques permettent aux patients d'accéder gratuitement aux traitements les plus récents, bien avant leur lancement sur le marché. Les études cliniques ne fournissent pas toujours des avantages mesurables aux participants, mais les résultats sont essentiels à la mise au point de nouveaux traitements et à l'amélioration de l'arsenal thérapeutique existant.

L'acronyme SEJ est tiré du nom de deux personnes: Sarah Emmanuelle et Jim. Bien que tous deux aient perdu la vie il y a longtemps à cause d'un GBM, leur courage demeure une source d'inspiration pour les coauteurs de l'étude et pour toutes les personnes ayant connu Sarah Emmanuelle et Jim.

L'étude SEJ durera environ 52 semaines, après quoi les patients pourront choisir de passer à une étude de prolongation ouverte ou de recevoir les médicaments utilisés pendant l'étude SEJ par l'entremise d'un programme d'accès spécial.